Températures Fibaro FGS211 contre Qubino Flush 1


Vous avez très certainement constaté qu’un actionneur domotique chauffait, mais dans quelle proportion ?

Au premier abord cela semble acceptable, surtout qu’au départ on raccorde électriquement le module puis l’on fait l’appairage avec la box Z-Wave (pas de quoi se brûler), on coupe par sécurité le circuit électrique avec le disjoncteur du tableau, on le met dans la boite d’encastrement puis on ferme le tout. Après avoir réarmé le disjoncteur, on ne se soucie plus du fait qu’il chauffe ou pas dans la cloison, il vivra sa vie pour actionner l’éclairage pendant de nombreuses années.

Mais un actionneur ce n’est pas uniquement pour de l’éclairage et certains peuvent être tentés de les utiliser pour des charges plus importantes que de l’éclairage.

Fibaro propose le FGS211 pour une charge de 16A et Qubino pour une charge de 10A sur une tension de 230V AC.

Avec de telles charges supportées, certains seront tentés d’alimenter un radiateur électrique ou un ballon d’eau chaude par exemple.

Si certains, comme moi par exemple, sont tentés par cette solution, voici les tests que j’ai réalisés sur les modules Fibaro FGS211 et Qubino Flush 1 relay.

Rappel des spécifications des modules testés :

Fibaro FGS211, 1 charge, 16A à 230V AC, soit 3680 Watts

Qubino Flush 1 relay, 1 charge, 10A à 230V AC, soit 2300 Watts

 

Environnement des tests

 

Je vais tester les modules individuellement dans un tableau électrique qui sera fermé comme dans un usage en exploitation.

Module z-wave tableau éléectrique

Je vais poser 2 sondes de températures, une sur la face avant du module, l’autre sur la face arrière. Elles seront fixées par un serre câble sur le module qui se trouve à l’intérieur du tableau électrique.

Tableau éléectrique module z-wave

Tableau éléectrique z-waveUne troisième sonde mesurera la température ambiante du local à proximité du tableau.

Les sondes sont reliées à 1 module universel Fibaro FGBS001 paramétré pour obtenir le plus d’information possible à une fréquence de 10 secondes.

Un logiciel que j’ai écrit se chargera d’interroger la box domotique Fibaro HC2 toutes les minutes afin de relever les températures.

Puis un calcul des deltas entre les températures des modules et la température ambiante (en moyenne 20,5°C) sera effectué pour une représentation graphique.

 

Premier test

 

Un actionneur non alimenté électriquement doit théoriquement être à la même température que l’air ambiant, logique.

Premier constat, dans le tableau électrique l’air ne circule pas ou peu et nous avons une élévation de température de 0,6°C.

Deuxième constat, nous avons un échauffement du module dès que celui-ci est alimenté, normal il faut bien du jus pour qu’il fonctionne.

Troisième constat, il faut un certain temps pour que la température du module se stabilise sans pour autant alimenter autre chose que le module lui-même.

Ce qui nous donne les courbes suivantes pour l’élévation de température à la mise sous tension des modules pendant une durée de 60 minutes :

Elévation de température Fibaro vs Qubino - mise sous tension charge 0A

Conclusion :

En bleu, la sonde sur le devant du module (AVant), en orange la sonde sur l’arrière du module (ARrière), la ligne pleine correspond au Fibaro FGS211, la ligne en pointillé correspond au Qubino Flush 1 relay.

Aucune charge n’est supportée par les modules, c’est donc une élévation de température due au fait que les modules sont alimentés électriquement, un échauffement dû aux composants électroniques et relais composant les modules.

Premier constat, minute 0 avant la mise sous tension, nous avons bien 0,6°C d’élévation de température.

Deuxième constat, il faut bien 60 minutes pour que la température se stabilise.

Troisième constat, et sans appel, le Qubino chauffe moins, après 60 minutes nous avons face arrière du FGS211 à +8,6°C et +6,7°C pour le Qubino.

Pourquoi me demandez-vous, et bien je ne suis pas expert électricien et électronicien mais de toute évidence le Fibaro est enfermé dans une coque alors que le relai du Qubino est à l’air libre, peut être que l’enrobement noir du circuit Qubino aide à la dissipation de chaleur.

Astuce, si vous fixez le module avec un serre câble sur le rail DIN, celui-ci jouera le rôle de dissipateur thermique et ainsi vous aurez des températures moins élevées (ce qui n’est pas le cas dans ce test).

Fibaro rail din

Avec +8,6°C ou +6,7°C d’élévation de température pour 1 module dans un tableau électrique, que dire avec 6 ou 8 modules dans le même tableau ou 1 module dans une malheureuse et ridicule boite d’encastrement derrière un interrupteur. Enfin bref, ce n’est pas encore la solution pour le chauffage de votre habitation.

 

Second test

 

Mais à quoi sert un actionneur si il n’alimente rien me demanderez-vous ?

C’est trop facile d’alimenter une simple ampoule et sans aller aux extrêmes, je vais donc alimenter un petit radiateur de 500 Watts qui en réalité consomme 470 Watts soit 2,04A.

Quoi que 2A, c’est petit joueur me direz-vous, ouais allez c’est parti pour les tests.

A 0 minutes, les températures des modules sont celles du graphe précédent, c’est-à-dire sous tension depuis 1 heure.

Dans les secondes qui suivent on met la sauce sur le module en le mettant sur ON, on attend 60 minutes, puis on met le module à OFF et on attend encore 60 minutes pour voir à quel moment la température redevient normale.

Ce qui nous donne :

Elévation de température Fibaro vs Qubino pour une charge de 2A

En bleu, la sonde sur le devant du module (AVant), en orange la sonde sur l’arrière du module (ARrière), la ligne pleine correspond au Fibaro FGS211, la ligne en pointillé correspond au Qubino Flush 1 relay.

Premier constat, la température s’élève pour se stabiliser environ à la 45ième minute.

Deuxième constat, après 1 heure d’utilisation, le Fibaro est à +11,2°C contre +9,7°C pour Qubino. Je rappelle que ce sont des élévations de températures auxquelles il faut rajouter la température ambiante de 20,5°C si vous voulez apprécier la température réelle, soit 31,7°C pour Fibaro et 30,2°C pour Qubino.

Troisième constat, le Qubino retrouve une température initiale 15 minutes après l’arrêt (75ième minute) alors que pour le Fibaro c’est pratiquement 55 minutes après l’arrêt (115ième minute).

Conclusion, encore gagnant Qubino et sans appel toujours dû à sa conception.

 

Synthèse

 

Ouais vous allez vous dire « il est pro Qubino », et bien non je n’ai pas d’action Qubino, mais dans tous les cas de figure quelques degrés de gagnés prolonge la durée de vie de vos investissements.

De plus, 1 module, bof que peu d’incidence, mais avec 6 ou 8 modules dans un tableau électrique !!! Et 1 module dans une boite d’encastrement qui est partiellement voir totalement hermétique (pensez aux normes BBC) !!!

J’ai également réalisé un test sur le FGS211 (prévu pour 16A) avec une charge de 10,4A (ballon d’eau chaude de 200 litres à 2400 Watts), j’arrivais à une température totale sur le module de plus de 41°C au bout de 15 minutes, effrayant non !!!

Pour conclure ces tests, comme vous l’aurez constaté c’est Qubino le gagnant, à vous de choisir, mais j’éviterais les grosses charges sans une adaptation du circuit électrique avec d’autres composants classiques qui composent un tableau (contacteurs, relais, télérupteurs, …).

 


A propos Olivier Everhard

Passionné de domotique, informaticien en systèmes d'information dans des secteurs d'activités bâtiment et ingénierie, depuis 2005 j'imagine des solutions pour nous faciliter la vie ...


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Commentaire sur “Températures Fibaro FGS211 contre Qubino Flush

  • Tsim79

    Bonjour,

    Présentation succincte, un jeune vieux, qui avait déjà entendu parlé de la domotique, mais s’y intéresse sérieusement pour être mise en oeuvre chez moi.

    Je possède depuis récemment un Raspberry Pi2, j’envisage l’achat de mes premiers modules z-wave a savoir des micromodules.
    A la découverte de votre article lors de mon furetage sur google pour un max d’info, j’en reviens à me demander est ce qu’il ne manque pas une petite partie dans votre conclusion.
    En effet, c’est un parti pris, mais au vu des caractéristiques des modules des deux marques et des résultats de vos test, ne pourrait-on pas supposé des utilisations comme ceci:
    – micromodule double commutateur QUBINO de puissance de P (AC) = 2 x 920W
    privilégier pour une utilisation en commande de luminaire ou petite charge (< 900W) sur du 220 Volt.
    – micromodule double commutateur FIBARO de puissance de P (AC) = 2 x 1500W
    privilégier pour une utilisation en commande de luminaire ou charge moyenne charge (< 1500W) sur du 220 Volt.

    Ainsi pour commander des luminaires, ou petit multimédia, on privilégie le module QUBINO et pour des appareils styles électroménager (lave-linge, lave-vaisselle, cafetière, PC, petit chauffage d'appoint de 1000W) on privilégiera le FIBARO.
    Ma question est dénué de sens peut être, mais cela m'aiderai à orienter mon choix. D'autant que je j'ai l'impression que les QUBINO offres plus d'options de commande et de fonction annexes (température, conso) mais avec la contrainte de l'alimentation commune au contraire du FIBARO qui offre moins d'options de commande mais avec l'alimentation séparée.

    Merci de votre réponse pour un débutant.